Une copropriété canadienne veut expulser un chien d’assistance, mais le coeur a repris le dessus.

    Robert Delarosbil avec son chien d’assistance, accompagné de la députée caquiste de Charlesbourg, Denise Trudel. (Photo archives Québec Hebdo)   Avant de créer ce blog, j’ai travaillé dans le social durant 15 ans. La dignité humaine n’est pas une utopie, elle doit être un but. L’aide et l’accompagnement ne sont pas des faveurs, les hommes se les doivent naturellement.

Il y a peu une copropriété canadienne a d’abord commencé par ne voir dans la présence de ce monsieur et de son chien d’assistance, que de probables nuisances. Ils risquèrent tous deux une expulsion pour des raisons avouables et d’autres peut-être qui le sont moins. Comme si ce monsieur ne pouvait aspirer à une existence sereine dans son logement et avec l’aide de son chien.

L’homme, quel que soit ce qui le qualifie, a le droit au respect. Le droit à la vie n’est pas qu’une notion juridique, il  doit exister dans le réel. La question du handicap me touche. Je ne crois pas aux bons sentiments, je préfère les gens qui considèrent les personnes handicapées comme des personnes. Pourquoi les diminuer encore plus en les regardant avec cette bienveillance coupable qui ne fait que les affaiblir encore plus ?

Les personnes handicapées ont le droit au respect et à mener une vie normale dans la mesure de leurs possibilités. Commencez par VOUS astreindre à les appeler personnes et à les regarder comme des êtres humains. Vous verrez que les malaises et les faux-semblants disparaîtront.

Ne limitez pas les personnes handicapées à un symptôme ou une pathologie. Ces personnes ont des sentiments, des envies et même de l’ambition, un peu comme vous. Après vous avoir parlé de moi, je reviens à la situation de Monsieur Delarosbil et de son chien d’assistance. Pour vous dire que les gens retrouvent parfois du cœur…

Plus de 85% des copropriétaires ont voté une délibération pour mettre fin à la mesure d’expulsion. La raison semble avoir envahi les copropriétaires, mais le président de l’assemblée semble encore réticent…

Soulagé et ému, Robert Delarosbil était heureux de l’appui massif des résidents au terme d’un bras de fer épuisant avec le syndicat des copropriétaires. « Je pense que c’est le début de la fin. Apparemment, ils auraient accepté toutes mes demandes et puis c’est tout ce que je veux. Ça va être la première fois que je vais pouvoir vivre avec mon chien tranquille et que je n’aurai plus de problèmes de me faire regarder ou de me sentir coupable d’avoir un chien », a-t-il exprimé.

L’instigateur de l’assemblée, l’ancien député Rosaire Bertrand, croit que les administrateurs n’ont maintenant plus le choix de clore le dossier définitivement comme le souhaite la majorité. M. Bertrand admet qu’il était lui-même contre la présence d’un chien d’assistance dans l’immeuble où il habite au début de toute cette saga, mais sa pensée a évolué.

« On s’est rendu compte, quelques-uns de nous autres, qu’il fallait qu’on évolue et qu’on pouvait changer d’idée. C’est ça qu’une partie du conseil ne veut pas, changer d’idée. Ils ne peuvent pas passer à côté d’une profonde réflexion », explique-t-il.

Près de 94 % des propriétaires de l’immeuble Le Verre-Bourg étaient représentés, mercredi soir, à la réunion privée.

Un vote a aussi été tenu à main levée sur une demande de démission du conseil d’administration.

Même si plusieurs propriétaires semblaient d’accord avec cette proposition, le président de l’assemblée aurait déclaré cette demande illégale dans le cadre d’une assemblée générale spéciale.”

Monsieur Delarosbil comptez sur moi pour porter haut et fort votre droit à la dignité, faites une caresse de ma part à votre petite Christina.

Articles similaires:

http://www.radio-canada.ca/regions/quebec/2013/05/30/001-vote-delarosbil-proprietaires.shtml#commenter

http://www.quebechebdo.com/Actualites/2013-05-29/article-3264296/Chien-d%26rsquoassistance%3A-assemblee-speciale-au-Verre-Bourg/1

(sources: www.quebechebdo.com et www.radio-canada.ca)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.